Quels sont les principes d’action du shiatsu ?

Le premier principe fondamental d’action du shiatsu est physiologique.

Il s’agit d’exercer une pression graduelle à la surface du corps, quel que soit l’endroit, afin d’assouplir le muscle qui se trouve en dessous.

Cette pression agit en faisant jouer le pouvoir naturel de récupération du corps ce n’est pas simplement la main ou le bout des doigts qui travaillent, mais le poids du corps du pratiquant qui exerce cette pression. Car, disent les pratiquants de shiatsu, « une pression exercée seulement du bout des doigts fait mal et n’apporte rien à celui qui la reçoit ».

Le shiatsu stimule également la circulation dans les vaisseaux capillaires de la peau, active les cellules cutanées, assouplies et améliore la nutrition des muscles, favorise la sécrétion d’hormones de détente… Le corps est ainsi dynamisé et trouve en lui-même les ressources de son propre équilibre.

Le deuxième principe fondamental d’action du shiatsu s’exerce sur un plan plus subtil.

Il ne faut pas oublier que les systèmes de guérison chinois, indiens ou japonais, inclus dans leur pratique une composante liée à l’énergie : le Qi ou (Chi), la force de vie.

Lorsque quelqu’un est très actif, « rayonnant » de santé, c’est que son Chi est fort et circule bien dans son corps. Ces organes et toutes les fonctions qu’ils assurent se portent bien.

Quand on se sent faible, fatigué et que l’on tombe malade, c’est que le Chi circule mal. Par l’intermédiaire du shiatsu, le pratiquant peut stimuler le corps pour qu’il reçoive et utilise mieux le Chi. De cette façon, le patient se revitalise et se soigne pour autant que celui-ci, pratique une bonne respiration, adopte une alimentation légère et équilibrée, évite les situations de tensions émotionnelles psychologiques et accepte de s’adapter aux changements que demande régulièrement la vie quotidienne.